Partir en Vadrouille...

Janvier 2001
Enregistrements Live aux Rasses: Roland Dupertuis and co.Audiotronic
Mixages: Gabriel Basso, Bagdad studio, Le Mont sur Lausanne
Production, textes et musiques: Groupe PAO

1. Duction 02:05
2. Couché là 04:10
3. Raphaël's jig 05:40
4. Mantordu 04:35
5. Océan 04:35
6. Suite de Bransles 04:33
7. Neige 03:50
8. Johnny's go to France 04:35
9. Rêveur 04:15
10. Radioblais 02:35
11. Où allez vous la belle 05:10
12. Doudidouba 03:03
13. Cercles Circaciens 06:56

Océan

Océan quand tu me prends
Dans ton grand vent,
Je suis à toi
Plus rien ne m'attend

Océan quand je vois
Au loin sur toi
Les voiles blanches
Qui s'éloignent de moi

Quand sur toi le bateau
Glisse et m'emporte
Dans le vent
Comme feuille morte

Quand au loin tu fais l'Amour
Avec les cieux
Comment alors
Ne pas être heureux

Océan quand tes grandes vagues
Passent au-dessus
Des jettées
Des Hommes, misérables

Ils vont alors
Se terrer au fond des caves
Pour ne pas entendre
Ta colère

Océan tu ne m'as pas vu
Naître sur Terre
Mais toujours
Tu seras mon maître....

Neige

Dis-moi pourquoi le rouge
Dans le blanc de la neige

Dis moi pourquoi rien ne bouge
Et que lentement elle recouvre les corps

Dis moi pourquoi alors lorsque tout s'efface,
On oublie si facilement les morts

Dis moi pourquoi, alors
Il est si difficile d'oublier

La douceur d'un corps
Lorsque tombe la poussière des années

Dis moi pourquoi la solitude
Quand la neige de poussière est remplacée

Dis moi pourquoi la alors
la vie est toujours recommencée

Comme lorsque tombe la neige
Ou la poussière des années...

Couché-là

Couché là sur ce lit
Qu'est ce qui m'est arrivé
Je suis bien habillé
Autour de moi ces bougies

Qui éclairent des visages tristes
Qui à voix basse demandent
Ce qui m'a pris

Je n'y comprends plus rien
À part ces coutures sur mes poignets
Il me semble que je vais bien

Voilà que des inconnus
Me prennent et m'entraînent
Sur leurs épaules, je suis tenu
À pas lents, en chaîne

.......instruments......

La porte s'ouvre et on me glisse
Soulevé et porté,
Jusqu'à la trappe, au fond les flammes
M'attirent et me dévorent

Couché là sur ce lit
Qu'est ce qui m'est arrivé
Je suis bien habillé
Autour de moi ces bougies

Qui éclairent des visages tristes
Qui à voix basse demandent
Ce qui m'a pris

Rêveur

Il marche seul sous les arbres
Et sous ses pas craquent les bois
Il est le seul survivant
De la tranquille race des rêveurs
Alors qu'au loin passe la vie
Pour lui le temps s'est arrêté

En espérant trouver un jour
Le havre de paix si bien caché
En un endroit où les enfants
Pour rire ne doivent pas être forcés

Lorsque le soir tombe la nuit
Il s'endort à côté du feu
Toujours sa quête le mène
Dans le sens de ses vieilles bottes
A la recherche du temps perdu
A la recherche de ses semblables

Refrain

A la recherche d'un coin tranquille
Où aimer n'est pas impossible
Et où vivre n'est pas un combat
Loin du sang et des massacres
Ne plus entendre les coups de feu
Ni la voix forte des canons

Refrain

Et alors peut-être un jour,
Il pourra reprendre la route,
Car c'est ailleurs toujours meilleur,
Car s'est ailleurs toujours meilleur

Radioblais

Radio blais,
Blaireau chante,
Chantons tous,
Toussons bien,
Bien en rythme,
Ris! Tu mens,
Menteur à coin,
Et rois du stade,
Stade de fous,
Fous qui courent,
Courez vite,
Vite au lit,
L'y coucher,
Pour le Blé!

Où allez vous la Belle?

M'en allant sur la lande,
Je rencontre une belle,
Je rencontre une belle,
Où allez-vous la belle
Debout si bon matin

Je m'en vais à la messe
L'entendez vous sonner

La prend par sa main blanche
Au jardin il l'emmène

Ceuillez ceuillez la belle
La fleur que vous voudrez

Tout en ceuillant la rose
Elle s'est mise à pleurer

Je pleure mon coeur volage
Que vous m'avez gagné
Pleurez donc pas la belle
Votre coeur vous rendrais

Doudidouba

Doudidouda un jour comme un tas
Doudidoudait sur le dit lilas
Il venait d'un bled du doudida
Perdu on dit au fond du val là-bas

Doudidouda sur le chemin du didou
Doudidoudait en revenant du lilas
Quand tout à coup il s'arêta d'un coup
Et se dit tout bas mais mon Dieu
Qu'est c'que j'fous là?

Doudidouda se posa en souci
Sur le lilas qu'il venait de quitter
De n'avoir pas su quoi faire de sa vie
Ici Doudidouda est resté

Doudidouda se dit je cours là-bas
Très loin du val du doudida
Mais sans penser "au pour aller où"
Car personne jamais, oh non, ne le revit